Comment contribuer à la transformation numérique ?

Publié le : 19 avril 20235 mins de lecture

L’année bancaire apportera à nouveau une multitude de changements et de défis. Pour les banques directes, la numérisation joue naturellement un rôle important. Cette situation est associée à de nombreuses opportunités mais aussi à des défis.

La transformation numérique du secteur bancaire continuera à prendre de l’ampleur et, outre la banque de détail, elle façonnera également le segment des petites et moyennes entreprises clientes. En effet, les décideurs des entreprises sont désormais habitués, en tant que clients de la banque privée, à un service rapide, personnalisé et très pratique, et ils transfèrent cette attente à leur expérience dans le secteur financier.

Cinq opportunités et défis pour les banques directes.

Les banques directes sont donc confrontées à un certain nombre de défis. Les plus importants sont

1. la différenciation dans la concurrence

La plupart des produits financiers sont aujourd’hui des produits de base. La différenciation par rapport à la concurrence repose donc essentiellement sur l’expérience client. Les clients doivent être motivés chaque jour à nouveau pour rester fidèles à leur propre banque. Cela exige un échange étroit avec les clients au niveau des yeux, des temps de réaction rapides aux besoins changeants des clients et la capacité d’anticiper les nouvelles exigences. Ces exigences sont l’une des principales raisons pour lesquelles ING en Allemagne convertit l’ensemble de son organisation à l’agilité.

2. des données à valeur ajoutée au lieu de toujours plus de données

Ce n’est pas la banque qui collecte de plus en plus de données sur ses clients qui réussira. Il sera plutôt crucial d’utiliser les données de manière à créer, à partir d’elles, des produits et des services présentant une réelle valeur ajoutée pour les clients. En Allemagne notamment, les clients sont particulièrement attentifs à la manière dont leurs données sont traitées et ne sont disposés à les mettre à disposition que s’ils y voient une réelle valeur ajoutée pour eux-mêmes.

3. coopération au lieu de silos

La numérisation en soi crée des possibilités de mise en réseau et d’échange. Il est donc d’autant plus surprenant que cette mise en réseau fasse encore souvent défaut dans le secteur financier. Cependant, la transformation numérique ne peut être façonnée efficacement par des efforts individuels. En particulier, si nous, en Allemagne et en Europe, voulons créer notre propre modèle économique numérique qui ne copie pas délibérément les modèles des États-Unis ou de la Chine, nous devrions agir de concert plutôt que comme des solistes. Il ne s’agit pas seulement de renforcer la coopération entre les établissements de crédit. Au contraire, il est important de créer des plateformes dans tous les secteurs d’activité. Parce que les véritables écosystèmes ne fonctionneront qu’à travers les industries.

4. Les banques et les BigTechs

Une coopération plus étroite sera également importante, car l’ambivalence des relations entre les banques et les « BigTechs » telles qu’Amazon ou Apple ne perdra pas de son acuité. Il existe certainement des constellations gagnantes pour les deux parties. Mais le cœur du problème pour les banques est de savoir si elles continueront à être l’interface avec les clients à l’avenir ou si elles deviendront de purs fournisseurs de produits.

5 La numérisation dans le secteur de la clientèle d’entreprises

Dans le domaine de la banque d’entreprise, les banques doivent répondre à la numérisation des modèles d’affaires de leurs clients : L’élaboration de modèles de financement pour les grands clients industriels qui ne se contentent plus de « vendre » des produits, mais proposent des cycles complets de produits et de services durables dans le cadre de l’économie circulaire constitue un défi disproportionné. Ici aussi, il sera encore plus important de développer de nouveaux modèles (de financement) en collaboration avec le client et de mettre les besoins du client au premier plan.

Exploiter les possibilités de la numérisation

Il appartient à chaque institution d’utiliser les exigences de la numérisation de manière à créer des opportunités  non seulement pour sa propre institution, mais aussi pour l’ensemble d’une économie numérique performante et fondée sur la valeur.

Plan du site